26 juin 2015
Bars, Belge, Français, Plus de goûts, Restaurants, Saint-Gilles, Uccle

Brugmann au parc

Caché dans un jardin public à peine fréquenté, le restaurant Brugmann a autant de charme que de caractère. Entièrement remis à neuf et décoré avec soin, sa carte tout en longueur n’a pas fini de nous impressionner. Sous de faux airs français, la cuisine du Brugmann nous offre des classiques revisités avec un goût d’ailleurs.

Imaginez. Une terrasse d’un blanc éclatant donnant sur la verdure, à l’arrière d’une belle bâtisse complètement rénovée. De grands parasols blancs évitent à votre peau les morsures du soleil. Le bruit de la ville est loin derrière vous et pourtant, nous sommes au restaurant Brugmann, à Ma Campagne, dans un des quartiers animés de la région bruxelloise.

Notre palais a d’abord fait connaissance avec les Cocktails signature de l’établissement. Des recettes originales aux noms imaginatifs, de quoi nous faire rêver d’un autre ailleurs à l’heure de l’apéro… et pour un prix respectable : 12€. Profitons-en pour souligner que plusieurs vins sont proposés au verre à partir de 6€. Et pour les grandes occasions, la cave comporte des crus d’exception.

Nous avons ensuite pu goûter la carte de saison élaborée par le chef Matthias Van Eeno, en déclinant entrées, plats, desserts (oui, vous vous en doutez, nous n’avons rien mangé d’autres de la journée). Le menu lunch comportant les trois services est d’ailleurs à 24€. Les plats (entre 25 et 35€) s’inspirent majoritairement d’une cuisine française revisitée. Ainsi, j’avais du riz venere (riz noir) avec le poisson, tandis que Quentin avait un délicieux boulgour aux fruits secs avec sa viande. Si la cuisson du turbot était parfaite, la selle d’agneau en croûte d’herbes aurait pu être plus rosée. N’oublions pas les entrées : celle de Quentin offrait des saveurs bien accordées : un saumon fumé maison sur une gaufre, avec un sorbet fenouil tout en légèreté. Je n’étais pas en reste avec l’œuf mollet servi sur une fondue de poireaux, truffe et parmesan (13€). Enfin, pour le dessert, le vacherin sur compotée de rhubarbe aura réussi à convaincre la gourmande qui est en moi de finir son assiette. Même si la dame blanche recèle une amusante surprise…

La salle intérieure, nous ne l’avons que traversée ce jour-là. Pensée en longueur pour suivre le trajet de la baie vitrée, elle offre une belle lumière naturelle et une vue dégagée sur la terrasse et le parc en fond. Sa décoration, à la fois soignée et moderne, respecte des codes couleurs que nous retrouvons tout au long de notre repas, notamment à travers les cartes.

Enfin, pour les après-midi d’hiver où le blues nous guette, le petit boudoir du Brugmann saura nous accueillir chaleureusement autour d’une tasse de thé et d’une pâtisserie.

Tous droits réservés.

Merci à Quentin HoMi pour les photos (http://www.eatcolorsdrinkvibes.com) ! CC BY NC SA Quentin HoMi

  • Brugmann
  • 02 880 55 54
  • Ouvert du mardi au dimanche de 12h à 23h
  • http://brugmann.com/

Articles qui pourraient aussi vous intérésser

Aucun commentaires

Poster un commentaire